La souris d’agneau oubliée au coin du poêle par mémé Cocotte, accompagnée d’une compotée de fenouil à la tomate

Le surnom de mémé Cocotte vient de sa cuisine familiale, mijotée au coin du poêle . Pour le repas de Pâques, elle nous préparait toujours de délicieuses souris d’agneau qu’elle préparait la veille. Cette cuisson embaumait la maison de senteurs de garrigues aussi douces et piquantes que le caractère paysan de mémé Cocotte!